DON BOSCO


 NOUVEAU: Saint Père François au Recteur Majeur Père Ángel Fernández Artime 24 juin 2015

Aux Becchi, puis sèminariste à Chieri

Jean Bosco nâit à Castelnuovo d`Asti, le 16 août 1815 d'une famille de paysans. 

Le Pére, François Bosco, le laisse orphelin à seulement deux ans, et Marguerite Occhiena se trouve seule pour élever Antoine, Joseph et et le petit Jean.

Avec une douce fermeté, unie à une foi sans limite, Marguerite, sage éducatrice, fait de sa famille une Église domestique.

Jean commence à sentir depuis son enfance le désir de devenir prêtre. Il raconta d'avoir fait un songe à neuf ans, qui lui révéla sa mission: “Rends-toi humble, fort et robuste”, lui dit une femme resplendissante comme le soleil, “et ce que tu vois se produire avec les loups transformés en agneaux, tu le feras pour mes fils. Je te servirai de maîtresse. Tu comprendras en son temps".

Encore enfant, Jean commença à amuser ses compagnons avec des jeux de prestige, appris par un dur entraînement, en alternance avec le travail et la prière. Un prêtre âgé, don Calosso, l'initia aux études sacerdotales, qu'il dut affronter avec peine, jusqu'à laisser son domicile en raison de l'opposition de son frère Antoine qui voulait que Jean travaillât aux champs.

Séminariste à Chieri, il imagina la Société de l’Allégresse, qui rassemblait les jeunes de la petite ville. Au mois de juin de 1841, il fut ordonné prêtre. Son directeur spirituel, don Cafasso, lui conseilla de parfaire ses études dans le Convitto ecclesiastico.

Le système préventif

Entretemps don Bosco recueille autour de lui ses premiers garçons, et organise un oratoire festif, d'abord itinérant et ensuite stable à Valdocco. Marguerite, désormais âgée, accepte de venir à Turin pour l'aider, et devient pour les garçons “maman  Marguerite”.

Don Bosco commence à offrir un logis à des orphelins sans toit. Il leur enseigne un travail et à aimer le Seigneur, il chante, joue et prie avec eux.

Des premiers garçons proviennent aussi ses premiers collaborateurs. C'est ainsi que se développe sa méthode éducative, le fameux “Système Préventif”: “Soyez avec les jeunes, prévenez le péché avec la raison, la religion et la bonté affectueuse. Devenez saints, éducateurs de saints. Nos garçons se rendront compte d'être aimés”. Les premiers collaborateurs deviennent avec le temps, aussi grâce à l'aide du pape Pie IX, une Congrégation qui vise le salut de la jeunesse, en combattant toutes les pauvretés et en faisant sienne la devise “Donne-moi les âmes, et tiens tout le reste”.

Le jeune Dominique Savio est le premier des fruits du système préventif. Marie Auxiliatrice, qui soutint toujours don Bosco dans son &olig;uvre, lui obtint de très nombreuses grâces, aussi extraordinaires, et l'argent nécessaire pour toutes ses entreprises. Elle l'aida également dans la construction de la basilique qui porte son nom.

Les Filles de Marie Auxiliatrice, les Salésiens, les Coopérateurs

Avec l'aide de sainte Marie Dominique Mazzarello, il fonda l'Institut des Filles de Marie Auxiliatrice. Avec ses bienfaiteurs et avec des laïcs engagés, il créa les Coopérateurs Salésiens.

Don Bosco mourut épuisé par le travail à 72 ans, le 31 janvier 1888. Aujourd'hui les Salésiens sont présents dans le monde entier, et il a été reconnu par l'Église “père et maître de la jeunesse”.

Pie XI, qui l'avait connu, le béatifia en 1929, et le canonisa le jour de Pâques, 1er avril 1934.